Saint Joseph Grand Cru La Sainte Epine 2016 Mikael Desestret

Saint Joseph  Grand Cru La Sainte Epine 2016  Mickael Desestret Agrandir l'image

Saint Joseph Grand Cru La Sainte Epine 2016 Mikael Desestret

22,00 € la bouteille

Cru Saint Joseph
Millésime 2016
COULEUR Rouge
Format Bouteille de 75cl

Résumé

Robe sombre mais brillante. Joli nez de fruits noirs (cerise noire) et rouges (fraise), quelques notes de violette, des épices douces; tout ça a un côté sauvage, primesautier; la bouche, elle, est franche, directe, pas énorme, pas malingre non plus, juste ce qu'il fait de matière pour qu'on puisse parler d'élégance.desguster ce samedi matin 26 aout 2017.

Quantité

Description

Bien que très étendue (une soixantaine de kilomètres le long du Rhône), l'appellation Saint Joseph n'a pas de hiérarchie à proprement parler, pas de crus. Tout juste des indications de lieux-dits appréciées des aficionados, mais guère au-delà.

Pour beaucoup, Sainte-Epine (le lieu-dit, le climat, comme on dirait en Bourgogne) est ce qui ressemble le plus à un grand cru pour Saint Joseph: une colline du village de Saint Jean de Muzols (au Nord Ouest de Tournon), aux sols particuliers, des sortes de granites décomposés - notamment du gneiss (un bon sol à vigne que l'on trouve aussi en Anjou et en Alsace, notamment). 

Saint Epine, c'est aussi le Domaine de la Côte Sainte Epine, exploité depuis 2007 par Mikaël Desestret (5ème génération de Desestret sur le domaine).

Le vignoble compte 7 ha (dont 1 ha de cépages blancs); il s'agit de très vieilles vignes en terrasses (les plus anciennes syrah auraient près de 140 ans). Les rendements sont naturellement très bas. Les Desestret replantent chaque année quelques arpents (principalement en syrah); la colline retrouve ainsi peu à peu sa couverture de vignes, beaucoup plus étendue avant le phylloxéra.

Chez les Desestret, on aime les choses simples: pas d'inflation du nombre de cuvées, un blanc un rouge, deux vins intitulés "Vieilles Vignes". 

Les vins sont plaisants sur le fruit jeunes, mais gagnent à être attendus. Je me répète: on boit souvent les blancs trop jeunes, c'est encore plus vrai sans doute de cépages comme la Marsanne, qui, avec quelques années, gagnent en complexité.