Domaine La Barroche Châteauneuf du Pape 2015

Chateauneuf du Pape 2013 Domaine La Barroche Agrandir l'image

Domaine La Barroche Châteauneuf du Pape 2015

40,00 € la bouteille

Cru Châteauneuf du Pape
Millésime 2015
COULEUR Rouge
NOTE PARKER 91
Format Bouteille de 75cl

Résumé

Julien et Laetitia Barrot tienne depuis le début des années 2000 ce domaine générationnel, cette cuvée est issue de l'assemblage de la Grenache, Cinsault, Syrah et Mourvèdre dont l'âge des vignes est en moyenne de 70 ans..  Coup de Coeur pour ce domaine, fruits et délicatesse pour cette cuvée 

Quantité

Description

Domaine La Barroche  Châteauneuf du Pape 2015  NOTE PARKER 91/100

NOTRE HISTOIRE

Le domaine La Barroche, c’est une histoire de terroir, d’hommes et de passions. Passion de famille pour le goût des bonnes choses, des bonheurs simples et des plaisirs vrais. Ici, on aime la terre, le vin et l’honnêteté !
Bon sang ne saurait mentir, et c’est dire si il y en a eu des vignerons à travers l’histoire du domaine. Le Grenache, cépage roi de Châteauneuf du Pape, coule dans les veines de la famille depuis le XIVème siècle.

Domaine La Barroche Châteauneuf du Pape

Une véritable mosaïque de personnalités, d’hommes et de femmes, à la façon des 13 cépages de Châteauneuf-du-Pape ; chacun au caractère singulier mais tous partageant cette passion pour le terroir. Portraits hauts en couleurs, voici une sélection non exhaustive de personnages qui ont construit, modelé, élevé et inspiré le domaine à travers les siècles.


Alexandre Barrot, le fondateur


Personnage emblématique de la famille, c’est Alexandre qui fait l’acquisition des premières terres en 1703 et ancre le nom de la famille au village de Châteauneuf du Pape, transmettant le domaine de père en fils jusqu’à nos jours.


Eugène Gabriel Barrot, le découvreur de terroirs


À la fin du 19ème siècle, l’arrière grand-père Eugène Gabriel parcourait les terres agricoles. Il les observait, les ressentait pour en apprécier les moindres caractéristiques avant de décider de planter de la vigne sur les plus dignes d’entre elles.
À cette époque, tout était savoir-faire et partage. Alors qu’il possédait deux pressoirs de vendange pour le domaine, il se rendait dans les propriétés voisines pour presser leur récolte pendant les vinifications.


Aujourd’hui un de ces pressoirs, témoin du temps passé, repose tranquillement dans le musée du Père Anselme, au cœur du village.


Femmes vigneronnes, les nourricières virtuoses


Souvent dans l’ombre, elles œuvrent sans cesse pour l’équilibre et la vie du domaine. Elles sont le sel de la terre, le ciment de la famille Barrot, virtuoses d’un art de vivre transmis de générations en générations.


Christian Barrot, la passion de fer


C’est en pleine crise viticole, au début des années 70, que Christian, décide de reprendre le domaine familial alors que nombre de propriétés voisines se voient abandonnées au profit de l’industrie. Le vin, à cette époque, n’est plus qu’un produit de consommation courante, les grands crus du bordelais se vendent à la sauvette le dimanche sur le parvis de l’église et toute la France n’a d’yeux que pour les révolutions technologiques agro-industrielles.


Passionné par le terroir et la conduite de la vigne, il concentre tous ses efforts sur la culture de ses terres. Il commercialise son vin en vrac auprès des prestigieux négociants des Côtes du Rhône Septentrionales.
Parcelle par parcelle, année après année, Christian redonnera une véritable envergure au domaine.


Il embouteille une petite partie de sa production qu’il baptise « Lou Destré D’Antan » à la mémoire de son grand-père (« Le Pressoir d’Autrefois » en provençal).


Julien & Laetitia Barrot, la génération inspirée


Frère et sœur, taillés dans le roc et engagés dans le terroir, Julien et Laetitia incarnent ces nouveaux vignerons porteurs de valeurs. Ils sont arrivés sur le domaine familial au début des années 2000 et y dessinent depuis un avenir couleur Grenache.


Elle, l’ainée, apporte sa sensibilité féminine à un monde traditionnellement masculin. Laetitia est le fer de lance de la propriété, maillon indispensable pour les partenaires et acteurs essentiels au développement du site. Issue de la communication et du commerce à l’international, le monde est pour elle un village dont Châteauneuf-du-Pape est le centre.
Après une expérience de plus de dix ans dans de grands groupes internationaux, Laetitia répond à l’appel de ses racines et choisit de revenir dans ses vignes natales pour promouvoir l’histoire de sa famille et la richesse de son terroir et de ses vins.


Lui, le cadet, a le caractère trempé de ces vignerons qui s’investissent dans leur métier et leur appellation. Julien arrive sur le domaine en 2002, âgé d’à peine 22 ans, frais émoulu de sa formation en œnologie, diplôme d’école de commerce en poche. Soif infinie d’apprendre, il fait partie de ces générations « engagées » où curiosité et ouverture d’esprit complètent à merveille le respect du terroir et du savoir-faire transmis par leurs ainés.

Après plusieurs millésimes et un travail de sélection parcellaire minutieux, le domaine lui doit aujourd’hui ses différentes cuvées aux personnalités si singulières : Signature, Pure et Fiancée.

  • NOTRE VIGNOBLE

    Propriété familiale de moins de 15 hectares, le Domaine la Barroche est une véritable collection capsule à l’échelle de Châteauneuf-du-Pape. Diversité des sols, richesse des cépages et vignes centenaires font la singularité du vignoble qui s’étend principalement au Nord et Nord-Est de l’appellation.


    Châteauneuf-du-Pape est réputé pour la complexité de ses 13 cépages assemblés dans ses vins mais le Grenache reste le virtuose qui interprète cette symphonie.


    Le savoir-faire vigneron prend tout son sens sur le domaine : la majorité des vignes de Grenache ont été plantées dans les années 1900 et sont choyées génération après génération. Ces vignes sont riches de plus d’un siècle d’histoire et ont participé à plusieurs millésimes de légende. Aujourd’hui encore les gestes se répètent pour préserver ce patrimoine et le transmettre aux générations futures.


    Grenache, Mourvèdre, Syrah, Cinsault, Clairette blanche et Vaccarèse sont les principaux cépages de la propriété. En regardant attentivement, on distingue aussi quelques cépages oubliés, les complants, majoritairement des Terrets Noirs et des Clairettes Roses, qui se confondent aux autres dans les parcelles de vieilles vignes.


    "Il ne saurait être de grand vin sans grand terroir, ni de grand terroir sans amour de la vigne."


    Les terroirs du domaine la Barroche sont atypiques puisque près de 80% des parcelles s’enracinent dans des sols de sables en surface et de calcaires beaucoup plus en profondeur. Pour le reste, on trouve quelques argiles rouges, des galets roulés et des grès roux qui tirent leurs couleurs des concrétions de fer.


    Châteauneuf du Pape se répartit en une mosaïque de quartiers comme le Pointu, le Pialon, le Tresquoi, Rayas, Palestor… tous dessinés par l’histoire et non par le type de sol qui les caractérise.


    Sur la propriété, aucune parcelle ne correspond réellement à l’image du quartier sur lequel elle s’enracine. Aux Terres Blanches, les Grenache s’épanouissent sur une cote sablonneuse quand la plupart des sols se composent de galets roulés. De même pour Cabrières, où les vignes s’enracinent sur des sables et des argiles quand le terroir du quartier est constitué principalement de galets roulés. Au Grand Pierre, parcelle mythique au sommet de la côte de Rayas, on retrouve toujours ces sables si caractéristiques du domaine qui se mêlent aux grés roux du Comtat.


    Tous ces terroirs constituent la richesse de la Barroche, ils apportent de la profondeur aux cépages et transmettent leur personnalité aux vins. Le domaine est à l’image de l’appellation : des vins complexes et homogènes composés des identités singulières de chacune des parcelles.


    Fraîcheur, finesse, soyeux, caractère floral et opulence, tout ici s’accorde en harmonie.

    NOTRE SAVOIR-FAIRE

    L’élégance et la maîtrise du geste constituent un savoir-faire vigneron qui se transmet dans notre famille depuis plusieurs générations. Persévérants dans notre ouvrage, nous sommes profondément enracinés à Châteauneuf-du-Pape. Notre volonté est d’offrir le meilleur vin en quête d’excellence.


    La viticulture au cœur d’une passion


    La viticulture est un mouvement perpétuel, un cycle sans fin, celui de la vie et des saisons. Chaque année les gestes se répètent, mais tous diffèrent en fonction de la météo, des sols, des insectes ou des cycles lunaires. Cultiver la vigne, c’est avant tout cultiver un équilibre, veiller à ce que la plante s’épanouisse dans son environnement naturel.


    Vinification & libre expression


    La cave, construite à même la roche au début du siècle dernier, est conçue dans le plus grand respect des traditions. Ici, on place le raisin au cœur des préoccupations, on veille à son bien être, on recherche son opulence. Pour se faire, tout le monde en cave se plie en quatre, et sur plusieurs niveaux, pour laisser place à la gravité. La ligne directrice est claire : un cheminement simple des vins, tout en douceur pour le respect du fruit, du cépage et de leur terroir.


    Dans la fraîcheur des chais, tout est affaire de patience et l’on intervient le moins possible pour préserver ce fragile équilibre en pratiquant simplement des extractions douces et des élevages longs et minutieux. Pendant près de 18 mois, les cépages se partagent entre différents contenants en fonction de leur personnalité et structure : foudre pour le grenache, barrique et demi-muid pour la syrah et le mourvèdre, cuve béton pour le cinsault.


     La dégustation est une histoire vivante, où l’homme et le vin se livrent l’un à l’autre.


    LES 4 SAISONS DU DOMAINE


     

    Le printemps … un contre la montre décisif 


    C’est le réveil de la vigne, et après les longs et tranquilles mois d’hiver c’est l’effervescence !


    Sans autre échauffement, on attaque par un sprint sans concession : concentrer 4 mois de travail en un seul. Entre mars et avril, il s’agit de finir la taille, redresser les souches couchées par le Mistral, attacher les baguettes pour les Syrah, travailler les petits plants à la main, poser les capsules pour la confusion sexuelle sans oublier le travail des sols : biner, griffonner et décavaillonner… Tout ça avant le débourrage de la vigne !


    Et comme nous n’utilisons pas de désherbant, la pioche est de rigueur pendant plusieurs mois pour enlever l’herbe galopante…


    A la fin du printemps on pratique un ébourgeonnage minutieux qui nous sert à contrôler les rendements et favoriser les bourgeons fructifères. Ce travail, comme la taille en hiver, est primordial ; c’est celui qui demande le plus de réflexion.


    L’été, la plage, la Corse, et les collègues ! 


    Le farniente de l’été est un terme qui sied bien au vigneron. On veille sur les souches, on pratique quelques vendanges en vert pour assurer une belle concentration, on soigne les grappes et les sarments abimés par le vent, on protège la vigne par quelques traitements de contacts… Mais globalement l’été, c’est repos et maturation !


    A la fin de la trêve estivale viennent les contrôles de maturité. Ici on les pratique à l’ancienne, avec l’œil et en dégustant les baies. Septembre prépare à la récolte, ajustement des tracteurs, révision des paniers et sécateurs, montage des bennes ; et puis vient l’attente du début des vendanges. Elles s’étaleront sur près d’un mois entre la récolte des terroirs les plus précoces et des parcelles les plus tardives. Mais impossible de prévoir à l’avance comment celles-ci se dérouleront ; chaque saison est unique et nous réserve souvent des surprises.


    L’automne vient comme un comic strip, faire des WIP! des CLIP! des BANG! des VLOP! et des ZIP!


    Dernière ligne droite, nerfs à rude épreuve, entre passage obligé et profession de foi … L’automne amène son lot de stress jusqu’à ce que la vendange soit rentrée. L’effervescence commence dans la vigne avec la valse des sécateurs et des paniers : récolte manuelle et tri rigoureux des raisins sont les maitres mots. Chaque année nous retrouvons notre équipe de vendangeurs, et, même si on compte quelques nouveaux visages deci delà, on a le plaisir de revoir les mêmes mines réjouies sur la propriété !


    En cave aussi on est sur le pied de guerre, astiquant les dernières cuves, fébrile en attendant le raisin. Les vinifications sont toujours un plaisir même si elles ne sont pas de tout repos. Les vins sont manipulés en douceur toutes les 12 heures, tel un plat qu’on laisserait mijoter à feu doux, le remuant régulièrement afin de laisser les ingrédients s’y exprimer totalement.


    Après plusieurs semaines de tumulte arrive la période de calme dans le vignoble, les dernières feuilles rougissent et les premiers frimas de novembre se font sentir.


    L’hiver, un repos bien mérité


    L’hiver, on navigue paisiblement… En cave, les dernières vinifications se terminent et les parcelles sont labourées une dernière fois : la raie d’hiver » recouvre les vignes afin de les préserver du froid. Ensuite, on « fait les trous », on enlève les souches qui ne sont plus viables, car trop vieilles ou malades.


    Et enfin, le repos du guerrier ! On attendra d’avancer un peu plus dans l’hiver pour commencer une taille soignée en fonction de la montée des lunes et dessiner ce qui sera un nouveau millésime...

    Domaine la Barroche

    Ce vin est avant tout une histoire de famille, de générations et de passionnés, exaltés parfois, mais toujours reconnaissants de ce terroir unique, de ces racines profondes. Le domaine la Barroche est à l’image de ces hommes et de ces femmes, complexe et généreux. Il réunit l’équilibre, l’authenticité ainsi que le caractère flamboyant de Châteauneuf-du-Pape.

    Alchimie de l’assemblage, il se compose de Grenache centenaire, de Mourvèdre, de Syrah et de Cinsault issus des meilleurs terroirs du cru. Un vin singulier, fin, soyeux et opulent dont la signature ne fait aucun doute. Sa robe profonde, son nez floral, sa bouche fraîche, pleine de fruits mûrs et de notes cacaotées, et sa finale toute en dentelle en font un vin de grande race.

    Assemblage
    62% Grenache issu d’une parcelle à l’intersection de « Palestor » et « Bois Dauphin » et une parcelle à l’intersection de « Grand Pierre », « Rayas » et « Pointu » ainsi que des quartiers « Cabrières »,« Boursan » et « Pied Long » 
    18% Mourvèdre issu des « Mascaronnes » et de « Boursan » 
    13% Syrah issu des quartiers « Le Parc » et « Cabrières » 
    5% Cinsault issu de « Pierre à feu » 1% Autres cépages 
    1% Vacarèse, 1% autres cépages 
    Sols caractéristiques de Châteauneuf-du- Pape (sable jaune et rouge, argile rouge et argile calcaire, galets roulés) avec une forte proportion de sables. Âge moyen des vignes +70 ans.

    previous.png
    Un ébourgeonnage sévère est effectué. Des vendanges en vert sont réalisées. La récolte se fait manuellement avec un double tri rigoureux à la vigne.
    « Nuances de cerises kirchées et noires avec des notes de terre brulée, de réglisse et de fleurs printanières. Fabuleuse densité sur le palais, charpen- té, tannins ronds et belle acidité. » Jeb Dunnuck pour Robert Parker – Octobre 2015 
    « Robe sombre d’un rouge profond. Nez ouvert sur des notes de poivre et réglisse, de cerises noires et de fleurs - violettes. La bouche exhale des arômes intenses de fruits noirs et une certaine salinité. C’est un vin tendu, vif, fait avec brio et présentant un fort potentiel. » John Livingstone– Octobre 2015

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Domaine La Barroche  Châteauneuf du Pape 2015

Domaine La Barroche Châteauneuf du Pape 2015

Julien et Laetitia Barrot tienne depuis le début des années 2000 ce domaine générationnel, cette cuvée est issue de l'assemblage de la Grenache, Cinsault, Syrah et Mourvèdre dont l'âge des vignes est en moyenne de 70 ans..  Coup de Coeur pour ce domaine, fruits et délicatesse pour cette cuvée